Décès d'Ali Kafi.

Aller en bas

Décès d'Ali Kafi.

Message par agriculteur le Mar 16 Avr 2013 - 12:11

L’ancien président du Haut comité d’Etat (HCE), Ali Kafi, est décédé, mardi matin à Alger, à l’âge de 85 ans, a-t-on appris auprès de ses proches.Kafi a été transféré, lundi, aux urgences de l’hôpital d’Ain Naadja suite à un malaise, a-t-on ajouté de même source.L’ancien colonel de l’Armée de libération nationale dans wilaya II historique fut plusieurs fois ambassadeur de la République algérienne dans plusieurs capitales.Il fut également membre du HCE du 11 janvier 1992 au 2 juillet 1992, lorsqu’il succéda à Mohamed Boudiaf.
Source la presse algérienne.

agriculteur


Masculin
Localisation : Saida
Nombre de messages : 240
Age : 60
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Décès d'Ali Kafi.

Message par kadorbohbaka le Mer 17 Avr 2013 - 8:53

ALLAH YERHAM EL FAKID
INA LILLAHI WA INA ILEIHI RAJI3OUN

kadorbohbaka

Masculin
Localisation : SAIDA
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 30/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Décès d'Ali Kafi.

Message par kadorbohbaka le Mer 17 Avr 2013 - 8:57

Ali Kafi


Ali Kafi (1928--) (علي حسين كافي) est un homme politique algérien. Militant du FLN durant la guerre d'Algérie, après l'indépendance il exerce comme ambassadeur d'Algérie dans plusieurs pays, et devient, de juillet 1992 à juin 1994, chef du Haut Comité d'État, organe transitoire de la gestion de l'État.

Formation religieuse

Il est né le 17 octobre 1928 à M'Souna, localité près de la ville d'El Harrouch dans l'actuelle wilaya de Skikda, dans une famille de petits paysans affiliée à la célèbre confrérie musulmane Rahmaniya. Le père d'Ali Kafi, Cheikh El Hocine, qui se chargea de son éducation, lui dispensa lui-même l'enseignement religieux. En 1946, il est envoyé dans une école coranique réputée de Constantine, l'Institut Kettenia. Marqué par les massacres de Sétif de 1945, adhérant rapidement aux idées nationalistes du Parti du peuple algérien (PPA), il y forme avec d'autres étudiants une cellule militante. Diplômé « El Ahlia » en 1950, il part en Tunisie renforcer sa formation dans la grande université islamique de la Mosquée Zitouna. Il y côtoie les milieux nationalistes tunisiens et participe à plusieurs actions militantes. Expulsé de Tunisie en 1952, il purge alors une peine de six mois de prison pour ses activités.

Militant nationaliste

Libéré, il reprend ses activités nationalistes, et est nommé enseignant dans une école libre de Skikda tenue par le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie (MTLD). Le 1er novembre 1954, au déclenchement de la guerre d'Algérie, Ali Kafi est contacté par Didouche Mourad, responsable FLN de la zone II (Nord Constantinois). Il intensifie alors son action militante à Skikda et rejoint l'Armée de libération nationale (ALN). Sous les ordres de Youcef Zighoud, à la tête de la wilaya II après la mort de Didouche Mourad, il participe à l'insurrection du Constantinois de 1955 entrant dans la lutte armée. En août 1956, il fait partie de la délégation de la wilaya II du congrès de La Soummam, qui met en place les structures administratives et militaires du mouvement indépendantiste. Il devient alors représentant militaire, puis colonel, et enfin commandant de la wilaya de 1957 à 1959. En mai 1959, il fait partie des dix colonels chargés de l’organisation des opérations militaires de l’ALN à Tunis, où il s'installe jusqu'à l'indépendance algérienne. Durant la crise de l’été 1962, il soutient le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de Benyoucef Benkhedda face au bureau politique du FLN de Ben Bella.

Homme politique

Après l'indépendance, il est nommé ambassadeur d'Algérie dans plusieurs pays, au Liban en 1963, en Syrie en 1966, en Tunisie en 1975 et représentant algérien la même année de Ligue arabe alors installée à Tunis, et également en Égypte, en Irak et en Italie. En 1990, il devient secrétaire général de l'Organisation nationale des Moudjahidines (combattants algériens durant la guerre d'Algérie). Le 11 janvier 1992, après la destitution du président Chadli Bendjedid, l'armée met en place un Haut comité d'État (HCE), organe provisoire de la gestion de l'État, et Ali Kafi en est nommé membre. En pleine « décennie noire », le 2 juin 1992, il succède à Mohamed Boudiaf, assassiné, à la présidence du HCE. Devenant de plus en plus entreprenant, il entame notamment sans concertation un dialogue avec les partis politiques, une conférence du HCE décide alors de le remplacer[5]. Il remet des pouvoirs de Chef d'État à Liamine Zéroual le 30 juin 1994. Ali Kafi publie ses mémoires en 2002 dans un ouvrage intitulé Du militant politique au dirigeant militaire où il revient notamment sur de nombreuses zones d'ombres de la « révolution algérienne », ouvrage pour lequel il sera lourdement critiqué notamment pour ses révélations, jugées offensantes, entre autres sur Abane Ramdane.

wikipedia



kadorbohbaka

Masculin
Localisation : SAIDA
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 30/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Décès d'Ali Kafi.

Message par rym le Mer 17 Avr 2013 - 12:11

salam 3alikom rahimaho allah , sur lui en peut lire
مذكرات الرئيس علي كافي:
من المناضل السياسي إلى القائد العسكري، 1946-1962
دار القصبة للنشر 1999 ، 448 صفحة

2- الردّ الوافي على مذكّرات كافي

قديد، محمد

دار هومه،2001 ، 103 صفحة


rym


Féminin
Localisation : SAIDA
Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Décès d'Ali Kafi.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum