MCS 1 MCO 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MCS 1 MCO 1

Message par fezza mohamed le Sam 8 Mar 2008 - 21:32

MCS 1 - MCO 1

Un nul au goût de victoire

Par : Bensadek Amar samedi 08 mars 2008

Stade du 13-Avril1958Affluence : record Arbitres : Bouster, Benarous, Ouchène
Avertissements : Foussini (19’), Driouèche (45’), Hamdoune (81’), Seguer (81’) (MCS) ; Chaïb (67’), Djebarat (89’) (MCO) But : Bahari (6’) (MCO) ; Hamdoune (79’) (MCS)

MCS Dahmani, Senouci, Ghenaïa, Driouèche, (Marsel 48’), Maïchi, Foussini, Oudni, Harouna (Hamdoune 48’), Ould Téguédi, Hamidi (Gheraïr 89’), Seguer Entraîneur : Hammouche

MCO Djebarat, Sebbah, Kechamli, Bachiri, Rekkab, Chaïb, Berradja, Bahari (Boumezra 73’), Feham, N’lend (Hanitser 84’), Haddou (Hamidi 33’) Entraîneur : Chérif El Ouazzani

Le derby tant attendu entre le MCS et le MCO a tenu tout le monde en haleine jeudi passé tellement le suspense était omniprésent du début à la fin. La rencontre démarre sur les chapeaux de roues. C’est Saïda qui donne la première alerte par l’intermédiaire de Ould Téguédi qui, au prix d’un joli slalom côté droit, se débarrasse de deux adversaires et tire, mais Djebarat est à la parade. Le MCO réagit illico. Bahari est à deux doigts de tromper Dahmani, vigilant sur l’action, d’un tir tendu des 30 mètres. Bien inspirés, les Hamraoua croient en leur bonne étoile et appuient sur le champignon. 6’, un coup franc botté par Bouazza atterrit dans les dix-huit mètres. La défense locale dégage dans un premier temps, mais le ballon est vite récupéré par Haddou à la limite de la surface de réparation. Ce dernier tire en direction des bois de Dahmani, mais sa balle est repoussée une fois de plus. Là, ce sera mal parti pour Saïda. Bahari d’une demi-volée ne laisse aucune chance au gardien et ouvre le score. Après cette réalisation surprise, le MCS essaie de se reprendre, mais ni le tir de Oudni (7’), ni la belle opportunité de Seguer (9’), encore moins Hamidi (10’) ne parviennent à remettre les pendules à l’heure dans ce premier quart d’heure qui sera plutôt oranais avec cette chaude alerte de Berradja qui lance un missile juste à côté des bois de Dahmani (15’). A partir de là, les occasions oranaises se multiplient, Bahari étant même sur le point d’ajouter un deuxième but après une bourde de Harouna (33’). Deux minutes avant, Seguer avait la balle de l’égalisation au bout du pied, mais qui sera, malheureusement pour lui, captée par le gardien visiteur. Au retour des vestiaires, les joueurs du MCS, certainement sermonnés par le coach Hammouche, ne veulent pas perdre de temps. Une minute à peine après le début de la seconde période, Seguer rate une belle occasion. 47’, Ould Téguédi exécute un coup franc qui a failli faire mouche. Les Saïdis poussent et arrivent facilement dans la surface oranaise. Le MCO plie, mais ne rompt pas. Il aura fallu attendre la 79’ pour voir enfin les choses se débloquer pour les locaux. Ould Téguédi, encore lui, fonce en direction de Djebarat, met ce dernier en joue et tire en force. Déséquilibré par la puissance du tir, le gardien oranais capte le ballon avant de le relâcher dans les pieds de Hamdoune qui n’aura aucune peine à le loger dans les filets. Le MCS venait d’égaliser plus d’une heure après avoir été mené au score. On aurait pensé que les choses allaient s’arrêter là. Que nenni. C’est là justement que la partie redémarre de plus belle. Bouazza côté visiteurs et Marsel pour les locaux ajoutent tour à tour au suspense qui aura caractérisé cette grande affiche de la 23e journée. Les vingt-deux acteurs sont à féliciter pour leur fair-play exemplaire. Djebbari a moitié satisfait Ce n’est pas un sentiment de joie complète qui se lisait sur le visage du président du MCO en fin de match. En effet, le premier responsable du club d’El Hamri qui a cru durant la majeure partie de la rencontre à une première victoire à l’extérieur de la saison, a été surpris par ce but concédé à dix minutes de la fin. «C’est vrai que ce point du match nul vaudra son pesant d’or car nous avons réalisé un bon résultat, mais j’aurais aimé retourner à Oran avec les trois points car sans être chauvin je pense que nous avons nettement mieux joué que Saïda et qu’on méritait tout simplement de gagner», dira avec beaucoup de regrets le président hamraoui en fin de match. Les supporters du MCO envahissent le terrain Tout le monde aura vu l’incompréhensible envahissement de terrain des supporters du MCO une heure avant le coup d’envoi. Grillages saccagés, grande bousculade entre supporters qui a même fait des blessés dont certains grièvement. Reprise avec 7 minutes de retard Le coup d’envoi de la seconde mi-temps de ce MCS-MCO a été retardé par la cohue de supporters qui ont envahi le terrain dès la pause sifflée, ce qui a nécessité toute l’énergie du service d’ordre pour faire revenir les choses à la normale. Le retour des vestiaires s’est fait avec sept minutes de retard. Les supporters du MCO en force Les supporters du MCO se sont déplacés en masse jeudi dernier. On a compté plus de 3 000 fans des Hamraoua dans les travées du 13-Avril 1958. Elongation pour Haddou Moulay Haddou a été victime d’une élongation à la cuisse qui l’a obligé de quitter prématurément ses coéquipiers. Il devra subir des examens plus approfondis dès aujourd’hui pour connaître la nature exacte de sa blessure. Quatre points de suture pour Sebbah Sebbah Abidine s’est ouvert l’arcade sourcilière suite à un duel aérien. Une plaie qui lui a valu quatre points de suture et un bandage avec lequel il a terminé le match. Djebarat, un match (presque) parfait ! Auteur d’une prestation de tout premier ordre, Yacine Djebarat a été, ironie du sort, le héros malheureux du match de Saïda en étant derrière l’erreur qui a permis aux locaux d’égaliser. Bien que ses coéquipiers lui aient remonté le moral, le Béjaoui s’en voulait. «J’avais pourtant cru que j’allais maîtriser le ballon. J’étais sûr de moi mais le terrain était tellement glissant que j’ai dû le relâcher et la sanction fut immédiate», dira le portier du Mouloudia qui a été malgré tout l’un des meilleurs joueurs sur le terrain. Benhamza : «Nous avons démenti les rumeurs» «On a vu un match d’un bon niveau entre deux équipes très techniques.Nous sommes tombés sur un MCO qui nous a posé pas mal de problèmes. Au final, nous laissons deux points filer chez nous. C’est un nul qui nous rapproche néanmoins de notre objectif qui reste le maintien. En tout cas, le MCS a démenti aujourd’hui toutes les rumeurs qui circulaient à propos de ce match Djebbari : «Un point qui aidera au maintien» «Nous sommes venus à Saïda pour prendre les trois points, mais finalement, on part juste avec le point du nul. L’arbitre nous a privés d’un penalty valable, mais on ne va pas cracher sur ce point qui reste précieux pour nos chances de maintien. Djebarat : «L’état de la pelouse m’a joué un mauvais tour» N’avez-vous pas l’impression d‘avoir raté la victoire jeudi à Saïda ? C’est sûr, car le fait d’avoir tenu bon durant la majeure partie du match nous a donné de l’espoir. Mais nous avons fini par concéder un but en fin de partie. Je dirais que le nul est équitable dans la mesure où il s’agissait d’un derby, comme on pouvait gagner ce match on aurait pu également le perdre notamment après l’égalisation. Je pense que c’est un bon point de pris qui va nous permettre de continuer sur notre lancée. Sur le plan personnel vous avez réalisé une grande prestation, jusqu’à cette fatidique 80’ où vous avez laissé filer le cuir. Que s’est-il passé au juste ? Je regrette beaucoup cette action car je me suis senti très bien au cours de ce match où j’étais en pleine confiance. J’avais réalisé de beaux arrêts. Sur cette action, j’étais tellement sûr de moi que ça m’a surpris en fin de compte en constatant que le ballon glissait de mes mains. Je dirais que l’état de la pelouse, qui était trempée et verglacée, m’a joué un mauvais tour. Après ce derby de l’Ouest, vous allez avoir votre propre derby la semaine prochaine en accueillant la JSMB. Comment s’annonce cette rencontre pour vous ? Je ne fais pas de fixation sur ce genre de choses car le plus important pour nous est de s’imposer chez nous au stade Habib- Bouakeul pour atteindre notre objectif qui est le maintien. Donc, je me prépare pour ce match le plus normalement du monde car ce n’est pas la première fois que je vais affronter mon ancienne équipe L’enfer à Saïda ! Les supporters du Mouloudia d’Oran se souviendront longtemps de leur court mais difficile déplacement à Saïda. Dès leur arrivée, les inconditionnels d’El Hamri venus en nombre pour soutenir leur onze dans un match jugé plus que capital, ont senti qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans cette ville et plus précisément sur les travées du stade 13-Avril-58. Une heure avant le coup d’envoi du match, les ultra d’El Hamri ont été la cible de certains énergumènes qui, depuis l’extérieur du stade, les ont bombardés de toutes sortes de projectiles. Ayant enregistré plusieurs blessés dans leurs rangs, ils ont dû forcer la barrière qui sépare les tribunes qui leur étaient réservées, dans une scène désolante qui a failli contraindre l’arbitre d’annuler la rencontre. Face à l’insuffisance du service d’ordre déployé, c’est la protection civile de la wilaya de Saïda qui a eu du pain sur la planche en évacuant une vingtaine de blessés vers l’hôpital le plus proche. Sentant le danger arrivé, les membres du service d’ordre ont décidé de renforcer la sécurité par une autre unité qui a encerclé les supporters du MCO, mais la menace qui venait de l’extérieur du stade persistait et on a vécu le même scénario durant la pause. Il aura fallu utiliser des bombes lacrymogènes pour disperser la foule. Face à cette terrible bataille, les supporters du MCO, qui ont craint le pire, ont préféré quitter le stade avant la fin de la rencontre alors que d’autres n’ont même pas pu se frayer un chemin vers les gradins où ils avaient pris place à leur arrivée et ont dû rebrousser chemin avant même la reprise du jeu en deuxième mi-temps. Les rares supporters qui ont terminé le match n’ont pas été au bout de leur peine, puisque à leur sortie du stade, ils ne pouvaient pas rejoindre leurs véhicules stationnés à la sortie de la ville, car un groupe de riverains du quartier Rebahia les a accueilli par des jets de projectiles. Il a fallu encore l’intervention de la brigade de gendarmerie, venue à leur rescousse, pour leur permettre de quitter la ville. Le bus du MCO saccagé Surpris ont été les Hamraoua en constatant à la sortie des vestiaires que le bus qui les a transporté à Saïda a été saccagé. Plusieurs vitres et carreaux ont été endommagés obligeant la délégation oranaise à prendre la route vers à Oran dans un froid glacial. Des scènes auquelles les responsables et les supporters oranais ne s’attendaient pas.


-------------------------------------------------------------------------------- Hammouche : «C’était palpitant»

Par : A. Bensadek samedi 08 mars 2008

Le MCS est revenu de loin aujourd’hui ; un commentaire ?

Non, je ne pense pas. Chaque équipe a eu sa mi-temps. Nous avons encaissé un but en première période, mais nous avons pu rester sereins et revenir au score en fin de match. Qu’est-ce qui n’a pas marché en première période ? Vous savez, ce match a été entouré d’une pression énorme tout au long de la semaine et les premiers à la subir sont bien sûr mes joueurs, qui finalement, ont fait des maladresses dans la construction et un excès de précipitation devant les buts adverses. Il y a aussi l’état du terrain qui a beaucoup gêné notre progression. Cela dit, en début de seconde période, après les consignes que j’ai données, on a pu produire un jeu meilleur et nous sommes parvenus à égaliser. Vous trouvez ce nul équitable ? Oui, ce résultat est équitable entre deux équipes qui ont fourni une très bonne prestation aujourd’hui. Posez la question aux présents et ils vous diront tous que c’était un match palpitant. Un mot pour conclure ? J’aurais souhaité gagner pour assurer notre maintien, mais finalement, on prend juste un point, ce qui n’est pas rien. On approche de notre objectif et pour nous, c’est cela l’essentiel.

Hamidi du mco :«Nous sommes venus pour gagner»

Un commentaire sur la rencontre d’aujourd’hui ? Je pense que nous avons raté une occasion inouïe de prendre les trois points aujourd’hui. Nous avons ouvert le score et nous avons su comment gérer ce match. Dommage, une erreur de notre gardien nous a coûté la victoire. Donc, vous êtes venus à Saïda pour gagner… Absolument. Notre objectif était de prendre les trois points pour nous sortir de la zone dangereuse. Finalement, ce petit point n’est pas de refus. Le MCO a-t-il des chances d’assurer son maintien ? Oui, nos chances restent intactes. Il y a encore des matches à jouer et nous allons tout faire pour nous maintenir en D1.
avatar
fezza mohamed


Masculin
Localisation : saida
Nombre de messages : 1383
Age : 59
Date d'inscription : 09/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: MCS 1 MCO 1

Message par fezza mohamed le Dim 9 Mar 2008 - 12:20

MC Saïda

Ce point est finalement un bon point

" du journal la voix de l'oranie"

Le «nul» face au MC Oran, faut-il le prendre pour une performance ou une contre performance ? A y voir de plus près, quelques éléments ont été en défaveur du Mouloudia de Saïda, à l’image d’un arbitrage qui a failli à sa mission en déstabilisant insidieusement les Saïdis qui ont perdu leur sérénité habituelle à domicile, et ce, sans que M. Bousseter ne l’affiche outrageusement. A chacun sa «technique» ! Il faut noter aussi une mauvaise gestion de la pression qui s’est exercée sur les joueurs tout au long de la semaine, et ce, malgré les efforts de l’encadrement et des dirigeants pour mettre ceux-ci dans de bonnes conditions psychologique en ne changeant pas les habitudes qui ont fait leurs preuves, mais était-ce suffisant pour de jeunes éléments qui ont perdu de leur aura face à un arbitre comme monsieur Bousseter ? Tout cela nous amène à penser que ce point est un bon point car malgré la domination des joueurs de la «Ville des eaux» surtout en deuxième mi-temps, les Oranais avaient, à plusieurs reprises, le K.O. au bout du pied avec des contres bien menés la plupart du temps par un Fahem Bouazza excellent et que les joueurs saïdis n’ont pas su maîtriser alors que c’était la clef du résultat du MCO tant ce lutin a une influence certaine sur le groupe. Il n’y a qu’à voir les remontrances qu’il a faites à Bahari qui venait de rater une occasion en or ! En grignotant ce point, le Mouloudia de Saïda aidé, il est vrai, par les résultats des autres équipes que ce soit celles du bas du tableau où celles qui jouent les places d’honneur, cela lui a permis de garder ses distances et de ne pas perdre sa cinquième place avec, toujours, la même différence de points avec le premier non reléguable qui est restée de neuf points… mais l’assurance du maintien est encore reportée. Sur le plan tactique, pour ne pas déroger au système de jeu qui a toujours donné ses fruits à domicile un «3-5-2» où les hommes de couloir Ghenaïa et Senouci ont eu un rendement satisfaisant malgré quelques ratages en attaque surtout pour un Senouci très courageux après sa chute sur le poignet, un Arouna qui de par son jeune âge et malgré son talent qui n’est pas remis en cause, n’a pas trouvé ses repères sur le terrain surtout dans une rencontre où la pression était importante lui qui a des souvenirs pas du tout agréables lors de son passage au MCO. En voyant les minutes s’égrener sans que le Mouloudia ne revienne au score l’entraîneur Hamouche opéra deux changements, Driouche blessé et Arouna, par Hamdoun un milieu à droite et Marsel un milieu de terrain à gauche a fait que ce changement tactique du «3-5-2» en «4-4-2» a posé un petit problème d’adaptation qui a failli coûter cher au Mouloudia par le mauvais placement du milieu défensif qui n’arrivait pas à compenser la sortie du stoppeur en se repositionnant plus au milieu d’où des contres oranais qui pouvaient faire basculer la rencontre en créant facilement le surnombre dans l’axe pour s’excentrer par la suite, plus particulièrement cette dernière attaque dans les temps morts de la deuxième mi-temps et qui pouvait être dramatique. Mais, faute de se répéter et ce, malgré le comportement honorable de l’équipe, ce sont les supporters qui méritent la palme d’or pour leur digne comportement surtout face à des supporters du MCO excités qui ont semé la haine dans les villages traversés et à Saïda dès leur arrivée. Et ce ne sont pas les habitants, hommes et femmes, de ces villages et de Saïda qui nous contrediront ! Il est quand même bizarre de constater que ce comportement des «Hamraouas» n’est relevé que face aux équipes de l’Ouest… Une énigme incompréhensible pour ce grand club !
MC Oran –
En dépit du partage de points avec le MC Saïda

Les «Hamraoua» encore sous perfusion


Sortis indemnes du derby tant attendu face au MC Saïda, les «Hamraoua» confirment la nette progression affichée sous l’ère de Si Tahar Cherif El-Ouazzani. Face aux Mouloudia de Saïda une formation très accrocheuse et peu prenable à domicile, les camarades de Kechamli se sont évertués à développer un football basé essentiellement sur des échanges rapides et un regroupement massif au milieu de terrain, ce qui a posé moult problèmes à leurs antagonistes. Surpris par ce regain d’activité des Oranais, les coéquipiers de Hamidi perdirent, un tant soit peu, de leur superbe en produisant un jeu approximatif car ni Hamidi, ni Seguer, encore moins Ould Teguede, le Mauritanien, ne parvirent à se débarrasser d’un onze bien décidé à ne pas lâcher prise. Ce qui dénote, par ailleurs, que les gars d’El-Hamri qui, soit dit en passant, sont passés à côté d’une victoire qui leur aurait permis de bien respirer, sont devenus plus réalistes. La position qu’ils occupent au classement général, les oblige à redoubler d’efforts lors des prochaines échéances et ne pas s’endormir sur leurs lauriers car ils jouent un championnat dans un championnat, celui des équipes qui restent toujours sous la menace de la relégation et le MCO en fait partie. Et, ce n’est, nullement, le partage de points ramené de Saïda qui aura valeur de maintien parmi l’élite mais de rester sur cette dynamique de résultats probants, ce qui ne sera, à n’en pas douter, une mince affaire. Cherif El Ouazzani et sa troupe ont, certes, gagné en maturité et retrouvé la joie de jouer mais le plus dur reste à réaliser car le moindre faux pas serait synonyme de descente en enfer. On n’en est pas encore là mais le football n’est pas une science exacte et il faut faire avec...[b]
avatar
fezza mohamed


Masculin
Localisation : saida
Nombre de messages : 1383
Age : 59
Date d'inscription : 09/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum